Tribunes libres - janvier 2019



MAJORITÉ MUNICIPALE

Coeur d’histoire : un grand quartier à révéler !

Comme nous l’avions annoncé en 2014 dans notre plan de mandat, l’aménagement du quartier des Ursules doit se penser dans la durée, tant le potentiel de ce secteur historique de notre ville est réel et les enjeux nombreux, que ce soit en termes de stationnement, d’offre commerciale, de réhabilitation d’espaces publics, de transports en commun… Des sujets fondamentaux qui, avec la sécurité, la propreté ou encore l’animation de la ville, constituent le socle de la politique ambitieuse que nous menons depuis 4 ans à Saint-Étienne.

Cette multitude d’enjeux mérite donc une réflexion approfondie sur ce secteur pour les 50 années à venir. C’est pourquoi nous avons fait le choix de lancer une large concertation durant les 6 mois à venir pour décider, avec vous, des projets à mener sur ce que nous avons appelé le quartier « coeur d’histoire ».

Il s’étend du haut de l’avenue Émile-Loubet jusqu’à la Charité, en passant par le bourg médiéval et le cours Victor-Hugo.

Imaginez maintenant ce coeur d'histoire revitalisé, grâce à une mise en valeur des bâtiments historiques, un réaménagement de qualité des places et des espaces publics, une nouvelle offre d'habitat résidentiel et une redynamisation commerciale avec de nouvelles enseignes, dans la perspective de ce qui a déjà été engagé sur le cours Victor-Hugo... et vous avez l'esprit du projet que nous portons pour reconquérir cette partie, trop longtemps délaissée, de notre ville.

Mais ce travail ne peut se faire sans les Stéphanois. C’est pourquoi, dès le 4 décembre, vous avez pu vous exprimer lors d’un atelier pour le réaménagement de la place Waldeck-Rousseau. Jusqu’à la restitution de la concertation, en juin 2019, pas moins de 4 réunions thématiques seront organisées pour vous donner la parole, faire émerger des idées et construire ensemble le Saint-Étienne de demain !

Christiane Jodar, Jean-Pierre Berger, Groupe Provoquons l'Avenir !  

 

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Une Maison du patrimoine et des lettres

Non seulement, comme l'ancienne Comédie de l'avenue Émile-Loubet, la Maison François 1er était un bâtiment laissé vide et sans réelle perspective de projet par la précédente municipalité mais, en plus, labellisée Ville d'art et d'histoire, Saint-Étienne devait, depuis des années, se doter d'un Centre d'interprétation d'architecture et du patrimoine, un engagement qui n’avait jamais été honoré par les précédentes municipalités.

Cette exigence, et ce bâtiment historique classé à aménager, se sont rencontrés dans notre volonté de mener à bien un nouveau projet ambitieux que nous avons souhaité développer pour offrir aux habitants, aux scolaires et aux visiteurs, un véritable point d'entrée où l'histoire, l'évolution urbaine, architecturale et paysagère ainsi que le patrimoine de notre ville, pourront être racontés dans leur ensemble.

Ainsi, la Maison François 1er, ce bâtiment emblématique de notre ville, deviendra un lieu de sensibilisation, de valorisation et de pédagogie, permettant de mieux comprendre l'évolution de la ville et de son architecture. Elle pourra aussi devenir le  point de départ des visites et des animations de Ville d'art et d'histoire, voire même de Pays d'art et d'histoire à l'échelle de la Métropole de Saint-Étienne. Notre volonté est de pouvoir, à terme, présenter au public l'histoire et l'évolution urbaine de la ville à travers une scénographie et un parcours numériques, à la fois visuels et immersifs, tout en offrant un lieu de rencontres pour des conférences, des lectures ou des concerts de petites jauges. Notre projet intègre également une offre en réalité augmentée qui permettra de redécouvrir nos quartiers par des balades à travers les différentes époques.

La Ville investit 800 000 euros dans le réaménagement complet du rez-de chaussée de la Maison François 1er, car « pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient ».

Marc Chassaubéné, Hélène Pibarot
Groupe Provoquons l'Avenir !

 
 
 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Merci !

L’ensemble de la majorité municipale est fière aujourd’hui de pouvoir s’appuyer sur des services de la Ville qui ont fait preuve d’une détermination sans faille et d’une mobilisation exemplaire ces dernières semaines.

Alors que la ville a durement souffert d’actes insurrectionnels inadmissibles et sans précédent, la majorité municipale tient solennellement à remercier les femmes et les hommes à pied d’œuvre sur le terrain pour préserver l’image de Saint-Étienne.

Dans des circonstances exceptionnelles, les services de cadre de vie ont systématiquement procédé au nettoyage de nos rues et à des opérations de détagage, aussi bien sur le mobilier public que privé. Dans la soirée des événements et dès 3 h du matin le lendemain, ils ont, par leur courage, réparé les stigmates et, par leur volontarisme, rendu l’espace public aux Stéphanois.

Nous sommes également fiers de l’attitude et de l’engagement dont ont fait preuve les agents de la police municipale lors de ces événements. Présents sur place pour assurer leur mission de tranquillité publique, ils ont, par leur contribution à bien des égards, apporté une aide précieuse aux effectifs de la police nationale mobilisés. La tranquillité publique est une liberté fondamentale et la première des solidarités. Les agents de la police municipale ont pleinement participé, à leur échelle, à cette solidarité au moment où la Ville en avait le plus besoin.

Plus largement, c’est à l’ensemble des agents de la Ville que la majorité municipale doit sa reconnaissance. Plusieurs d’entre eux, mobilisés dans le cadre de leurs missions, ont été victimes psychologiquement de près ou de loin des violences. Une cellule de soutien a d’ailleurs été ouverte spécifiquement pour ces derniers en lien avec le centre hospitalier universitaire (CHU). Vigueur, vigilance et travail ont été les traits de caractère dont ils ont fait preuve.

À ces femmes et à ces hommes, nous voulons dire merci !

Groupe Provoquons l’avenir !

 
 
MAJORITÉ MUNICIPALE
 

Nos talents sur scène

L'équipe municipale a inscrit la pratique artistique en amateur dans les axes forts de son plan de mandat. Ce choix a permis, depuis 2014, une valorisation et une meilleure reconnaissance des nombreuses initiatives locales présentes à Saint-Étienne.

Ainsi, plus qu'un concours, « Nos Talents sur scène » est un véritable tremplin pour de jeunes artistes afin de se faire connaître des acteurs de la vie musicale stéphanoise et de bénéficier d'aides pour faire progresser leurs projets. Ces soutiens, sous forme de bourses d'accompagnement, peuvent prendre des natures très différentes : achat de matériel, enregistrement audio et vidéo, coaching voix, travail de la scène... Et les groupes écoutés lors de sélections live sont ensuite sollicités pour se produire en concert.

Parce que la culture participe grandement au dynamisme et au rayonnement d'un territoire, nous avons fait le choix, non seulement de soutenir activement sa pratique, mais également de faciliter l'éclosion et l'épanouissement de nouveaux talents. Nul doute que, dans cette dynamique  permettant aux institutions et aux acteurs culturels professionnels de repérer et d'identifier de jeunes artistes amateurs, de les faire progresser et de les valoriser, certains de ces jeunes talents feront une véritable carrière musicale. Ainsi, chaque année, un à deux « nouveaux talents » parviennent à se professionnaliser ou à entamer une démarche de professionnalisation.

Les dispositifs d'aide à l'émergence, dans lesquels s'inscrit pleinement « Nos talents sur scène », ne représentent que l'un des axes de soutien aux acteurs locaux. Dans le cadre des développements artistiques et culturels décidés par la Ville de Saint-Étienne, ils sont en effet associés à l'aide au rayonnement, au développement hors région et à la diffusion à l'international, qui viennent s'ajouter aux aides aux projets et aux festivals qui permettent un développement homogène de la culture dans notre territoire, au profit du plus grand nombre.

Marc Chassaubéné, Hélène Pibarot
Groupe Provoquons l'Avenir !


 
MAJORITÉ MUNICIPALE

 

Sécurité et tranquilité publique : chacun ses missions

Une enquête conduite par Odoxa pour le compte de Fiducial, auprès d’un échantillon représentatif de 1 005 Français, révèle que seulement 21 % d’entre eux faisaient confiance au gouvernement en septembre dernier en matière de sécurité du quotidien. Une confiance qui s’est dégradée de 19 points depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, pour atteindre le niveau le plus bas depuis la création du baromètre.

Un sentiment généralisé parce que l’État faillit dans ses missions alors que la sécurité est une liberté fondamentale et la première des solidarités. Un sentiment certes, mais qui s’appuie sur des faits concrets et réels lorsque l’on sait que 60 % de nos compatriotes affirment avoir été victimes de harcèlement, d’une agression, d’un cambriolage ou d’un vol à l’arraché.

Bien loin des effets de communication liés aux annonces sur la police de sécurité du quotidien (PSQ),  cette confiance gouvernementale en chute libre est le reflet d’un manque de moyens indéniables donné aux forces de sécurité. Cette police de sécurité du quotidien, qui tarde d’ailleurs à arriver à Saint-Étienne, sera-t-elle composée des effectifs suffisants ? Rien n’est moins sûr car, à ce jour, la majorité municipale ne dispose d’aucune information à ce sujet.

Dès 2014, nous avons fait de la sécurité une priorité dans la stricte limite de nos compétences : recrutement de 60 agents supplémentaires, triplement du parc de vidéoprotection, armement, nouveaux arrêtés municipaux et réactivation du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). L’ensemble de ces efforts nous permet aujourd’hui d’intervenir sur l’espace public pour mieux assurer notre mission de tranquillité publique. En revanche, que compte faire le gouvernement pour assurer sa mission régalienne de sécurité publique ?

Claude Liogier, Charles Dallara
Groupe Provoquons l’Avenir !

 
 
 
MAJORITÉ MUNICIPALE

Un plan exceptionnel de soutien aux commerçants stéphanois

Dans le cadre des manifestations sociales du mois de décembre dernier ont eu lieu de nombreux actes de violence, qui ont concerné directement les commerçants du centre-ville. Le climat d'insécurité qui en a rapidement découlé a largement participé à dissuader Stéphanois et Ligériens de consommer dans notre cœur marchand.

Bien consciente de cette situation d'urgence ainsi que de l'importance des fêtes de fin d'année pour le chiffre d'affaires général, la majorité municipale a aussitôt décidé la mise en œuvre d'un ensemble de mesures d'urgence fortes et sans précédent pour venir en aide aux commerçants stéphanois.

En synthèse, ces sept mesures étaient destinées à permettre au centre-ville de retrouver tout son dynamisme et son attractivité.

Le marché de Noël a fait cette année l'objet d'importants investissements et de nouveautés pour que la féerie de Noël puisse se diffuser. Nous ne pouvions nous résoudre à l'attentisme, dans la mesure de nos compétences ainsi que de nos moyens.
Parmi les principales mesures, rappelons l'organisation d'une commission d'accompagnement des entreprises victimes, réunissant l'ensemble des parties prenantes au développement économique. 

Afin d'encourager la venue de nouveaux consommateurs, la gratuité de l'ensemble des parkings en ouvrage et du stationnement en surface, ainsi que du réseau Stas les mercredis, samedis et dimanches précédant la fin de l'année, a été mise en place. Parce que ces faits de violence dépassent la seule considération financière, une cellule de soutien psychologique a été instaurée en partenariat avec le CHU.

Le dynamisme commercial de la ville, et plus particulièrement de son centre-ville, demeurent l'une des priorités de l'ensemble des politiques publiques municipales.

En cette période difficile qui nous émeut, nous souhaitions assurer notre soutien à l'ensemble des commerçants.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 
 
SAINT-ETIENNE NOUVELLE GAUCHE

Colère légitime

Comme partout en France, Saint-Étienne a connu, en cette fin d’année 2018, une forte mobilisation des « gilets jaunes » portant des revendications légitimes contre la hausse des taxes sur les carburants, et plus globalement sur le pouvoir d'achat et la justice fiscale. Au moment où nous écrivons, ce conflit, dont nous ne connaissons pas l’issue, prend une dimension nouvelle avec la convergence syndicale. Les élues communistes partagent cette colère d’une population laissée pour compte et qui exprime une soif de justice sociale. Il est grand temps de changer de système économique et politique. Pour l’heure, des décisions sociales, économiques et politiques s’imposent.

Nous condamnons la violence disproportionnée dont ont fait usage les forces de l'ordre, et tout aussi fermement les agissements de groupes de casseurs qui n’ont rien à voir avec les manifestants porteurs de revendications. Pendant cette période de fête, notre ville offrait un spectacle de désolation. Nous exprimons notre soutien aux commerçants et à leurs employés, choqués, qui ont subi de lourdes pertes financières. Beaucoup de questions se posent sur la stratégie du gouvernement qui porte une responsabilité et sur l’attitude des forces de l’ordre au cours de ces manifestations qui ont dégénéré en guérilla urbaine. Comment a-t-on pu en arriver à ce que les choses dérapent à ce point ?

Cela ne doit pas masquer l’essentiel. Les salariés et les retraités doivent pouvoir vivre dignement de leur travail ou de leur pension, les privés d'emplois, les précaires, doivent pouvoir bénéficier de la solidarité nationale. La jeunesse mérite mieux qu'une éducation basée sur le tri social.

Pour 2019, nous souhaitons aux Stéphanois un avenir meilleur et que la colère, à l’origine du mouvement, soit entendue.

M.Bianchin et MH.Thomas
groupecommunistesainte42@gmail.com 


 
 
SAINT-ETIENNE EN MIEUX

2019, meilleure que 2018 ?

À l’heure où nous écrivons ces lignes, l’année 2018 n’en finit plus !

Les élu(e)s écologistes souhaitent que l’année 2019 soit celle de la mise en œuvre de mesures à la hauteur des attentes sociales et environnementales. Ils espèrent que les mouvements sociaux qui ont marqué la fin de 2018 n’aient pas été inutiles et, surtout, que ceux-ci aient permis une véritable accélération des mesures promises depuis longtemps, mais que les Français ne voyaient pas arriver.

Les élu(e)s écologistes souhaitent que des mesures concrètes et à la hauteur des attentes soient prises. Les commerces de centre-ville ont été mis à très rude épreuve malgré l’appel à « consommer local » lors des événements graves et des atteintes aux biens. Les commerces sont déjà largement menacés par internet et l’arrivée du centre commercial périphérique Steel. Saint-Étienne doit retrouver un centre-ville apaisé et restauré en 2019.

Les élu(e)s écologistes souhaitent qu’en 2019, les États lancent, enfin, un vrai plan international de lutte contre le réchauffement climatique. La Terre, notre Terre, est sur une pente dangereuse, elle pourrait continuer à se réchauffer sans arrêt. Si la Terre tourne encore dans 80 ans, combien d’humains et d’espèces vivantes restera-t-il à sa surface ? Il est urgent de changer notre mode de développement et d’entamer une vraie transition écologique ! C’est ce qu’ont voulu rappeler les 1 500 Stéphanois qui ont encore marché pacifiquement pour le climat, le 8 décembre dernier.

Les élus écologistes souhaitent, à toutes et à tous, une bonne année 2019, en l’espérant plus fraîche !

Stéphanie MOREAU, Olivier LONGEON
conseillers municipaux écologistes de Saint-Étienne
saintetienne.enmieux@gmail.com

 

 

BLEU MARINE, RASSEMBLEMENT NATIONAL

Une nouvelle année s’achève, une autre s’ouvre...

Le climat semble propice à un bilan négatif (violences, chômage, pouvoir d’achat désespérément en baisse...), mais ne nous laissons pas aller à cette facilité et gageons que la page blanche 2019 s’écrive à l’encre de l'espérance et d’une prise de conscience à la fois politique et citoyenne! Il est en effet de belles initiatives, trop souvent méconnues...

Nous pouvons relever, par exemple, le projet des cadets de la défense. Nous n’avons que peu d’échos de cette démarche originale ayant pour objet d’impliquer des collégiens volontaires d’établissements publics à vivre une expérience enrichissante encadrée par des militaires. Des élèves consacrent ainsi leurs mercredis après-midi à s’instruire et à s’ouvrir aux valeurs fondatrices de notre pays dans le cadre d’un partenariat entre l'Éducation nationale et l'armée. Au programme: cours d’histoire, apprentissage de la marche en rangs serrés, sport, cérémonies officielles, découverte du matériel, camp... Ces collégiens auront la chance de pouvoir appréhender tout un pan de l’organisation de notre défense qui, depuis l’abandon du service militaire, est ignoré par la plupart de nos contemporains. C’est l’occasion pour des adolescents d’horizons divers de se sentir appartenir un peu plus à leur pays, à leur patrie qu’il ne faut pas se contenter de voir comme une vague entité nourricière, mais comme une réalité charnelle à soutenir et à chérir ! Aussi pouvons-nous appeler les hautes instances de la République à étendre ce projet à tous les collégiens de France, qu’ils soient du privé ou du public. 

2019 annonce également deux échéances électorales : les européennes et les municipales. Que les déçus ouvrent les yeux et sachent saisir ces opportunités !
Belle et joyeuse année à chacun de vous !

Groupe Saint-Étienne Rassemblement National

 
 
DIVERS GAUCHE

Pour une belle année sereine et républicaine

Comme tous les ans, cette tribune est pour nous l’occasion de présenter nos vœux  aux Stéphanoises et aux Stéphanois. Nous le faisons volontiers, avec pourtant, cette année, un peu plus de gravité que par le passé.

Les événements dramatiques liés au mouvement des gilets jaunes, survenus à Saint-Étienne, dans la Loire, comme partout en France, nous ont beaucoup interpellés voire inquiétés au plus haut point.

Si beaucoup de revendications des gilets jaunes, liées à leur situation difficile, ont pu paraître légitimes, la violence qui les a accompagnées, largement venue d’éléments provocateurs et minoritaires, est, elle, inacceptable.

Le début d'année devrait être un moment de concorde, de fraternité. Le message que nous souhaitons adresser est bien sûr ce message-là, en y ajoutant un appel au calme durable, à la cessation des violences, au respect de l'ordre républicain, des institutions, des personnes, des forces de l'ordre,

Cet appel relève de l’intérêt général car le chaos, la peur qu'il peut engendrer, ne servent, au final, personne, notamment sur le plan économique et social.

Ce serait hélas un triste paradoxe que de penser que les dégradations de bâtiments publics, de voiries, de commerces, pourraient concourir  à améliorer les conditions de celles et ceux qui souffrent pour boucler dignement leurs fin de mois.

Les cahiers de doléances qu'ont remplis les Stéphanois à l'attention du gouvernement constituent à cet égard un exercice citoyen bienvenu.

Espérant donc une année meilleure, à tous points de vue, et pour tous, nous adressons tous nos vœux de réussite aux Stéphanoise et aux Stéphanois.

Nadia Semache, André Friedenberg, Florent Pigeon